SOUS-TITRES POUR SOURDS ET MALENTENDANTS

« Je n'entends pas aussi bien que je le voudrais, mais j'aimerais bien voir. »

Les difficultés des malentendants sont notoires, les sous-titres pour sourds et malentendants doivent dès lors forcément respecter certains paramètres, tels que :

› identification des personnages. A tel propos, INTERTITULA privilégie la technique des couleurs (qui varient suivant l’importance des personnages et quoi qu'il en soit d'un pays à l'autre) par rapport à la disposition des sous-titres sous le locuteur (désormais désuète)
› simplification lexicale. Etant donné leur vitesse de lecture réduite, le texte doit être plus « léger »
› correspondance lexicale entre parlé et écrit, le cas échéant, vu que les sourds ont tendance à privilégier la lecture labiale
› commodité de lecture : caractères sans sérif (linéales), fond éventuel (pour le télétexte), prédilection pour des sous-titres sur une ligne plutôt que sur deux, etc.
› ponctuation. L’emploi correct de celle-ci est a priori déjà fondamental pour les sous-titres interlinguistiques ; en l’occurrence, elle joue un rôle d'autant plus essentiel
› autre : caractères para-verbaux et non-verbaux, parenthèses (indiquant des phrases descriptives, l'intonation, le ton), etc.

INTERTITULA connaît bien les problématiques liées aux sous-titres pour les sourds et malentendants et respecte scrupuleusement leurs exigences particulières.

Pour plus d'informations ou pour un devis personnalisé gratuit, cliquez ici.

2015-11-16
.